Réclamer le paiement de charges de copropriété

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

Réclamer le paiement de charges de copropriété

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Il existe 4 stades pour faire escalader un litige relatif au non-paiement des charges de copropriété :

  1. recours à l'amiable ;
  2. mise en demeure ;
  3. procédure juridique ;
  4. saisie.

Voici la marche à suivre pour réclamer le paiement de charges de copropriété à un copropriétaire défaillant.

Consulter la fiche pratique Ooreka

1. Entamez un recours à l'amiable

Il s'agit d'une étape ne répondant à aucun protocole ni à aucune règle, simplement à une volonté d'ouvrir le dialogue avec le copropriétaire défaillant.

Son défaut de paiement n'est pas forcement dû à de la mauvaise volonté mais plus certainement à une situation financière difficile.

Il convient donc dans un premier temps que le président du conseil syndical ainsi qu'un représentant du syndic lui rendent une visite de courtoisie afin de prendre connaissance de ses problèmes et de l'aider à trouver des solutions.

Consulter la fiche pratique Ooreka

2. Mettez le copropriétaire en demeure

En cas d'échec du recours à l'amiable, le syndic doit alors mettre le copropriétaire défaillant en demeure de payer ses charges dues.

Le responsable du syndic a le choix d'utiliser :

  • une lettre recommandée avec accusé de réception ;
  • le courrier électronique (si le copropriétaire a communiqué son adresse électronique au syndic) ;
  • le port d'un pli d'huissier.

Au cas où le copropriétaire ne réagit pas dans les 30 jours suivant la date d'envoi ou la date de remise du pli d'huissier, le syndic est en droit de lui réclamer une provision sur charge au titre du trimestre suivant.

Si la mise en demeure échoue, l'étape suivante est le recours juridique.

3. Engagez un recours juridique

En cas d'échec de la mise en demeure, le syndic va devoir demander l'intervention du tribunal.

La loi Élan n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 a créé une nouvelle procédure de recouvrement permettant au syndic d'agir plus rapidement et plus efficacement contre les débiteurs.

Désormais, l'article 19-2 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété prévoit qu'à défaut de règlement dans les 30 jours après la mise en demeure de payer du débiteur, le syndic peut intenter une procédure en référé devant le président du tribunal de grande instance.

Le tribunal condamne alors de manière systématique le débiteur à régler non seulement son arriéré, mais également toutes les provisions sur charges à venir (votées au titre du budget prévisionnel, des travaux hors budget prévisionnel et de la cotisation au fonds travaux).

4. Demandez une saisie

Au cas où le juge du TI n'a pas été en mesure de récupérer les paiements manquants, la prochaine et dernière issue est la saisie mobilière.

Le syndic convoque l'assemblée générale des copropriétaires, qui vote la procédure de saisie mobilière à la majorité simple. En cas de vote pour, un huissier procède alors à la saisie, les frais de procédure étant à la charge de copropriétaire défaillant.

Copropriété

Copropriété : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles sur le fonctionnement d'une copropriété
  • Les organes de contrôle, le syndic et les charges
Télécharger Mon Guide